Dans les coulisses de chez Mickey à Disneyland Paris

Disneyland Paris est en pleine transformation. Des mois (des années !) de travail pour préparer, avec enthousiasme, son quart de siècle.
Et ça en jette ! Le parc avait besoin d’un coup de fraîcheur, c’est chose faite.
Dans les allées, dans les hôtels, dans les vitrines des magasins, dans les costumes… les couleurs du jour seront le bleu et l’argent.
Même la fée Clochette a troqué son costume vert contre un habit bleu plein d’étincelles.

A moins de trois semaines de l’ouverture, c’est l’effervescence dans le parc.
De jour et, surtout, de nuit.
Tout le monde répète pour être « nickel ».
Nous avons eu la chance de voir ça en coulisses, dans cette véritable ville qui sous-tend le parc.
Ce sont 14.000 personnes qui y bossent.
C’est là que nous tombons en pleine répétition des danses de la parade, avec le metteur en scène, Emmanuel Lenormand.
Qui coordonne, avec son équipe, tous les danseurs.
S’il connaît le parc ?
Il était là en 1988, comme comédien, c’est vous dire s’il est imprégné de la « culture Mickey » !
Cette année, la parade comptera huit unités (entendez, huit histoires).
« C’est un travail titanesque dont le but reste de faire rêver le visiteur.
La parade est la réunion des personnages, ce que tout le monde veut voir.
Nous devons mélanger les incontournables et le nouveau.
Le but ? Que le public ait des étoiles plein les yeux ! »

Notre prochain rendez-vous, c’est l’atelier des chars, à l’abri de tous les regards.
Nous y rencontrons les chefs d’orchestre, Aline et Olivier.
Le char de la Reine des Neiges est pratiquement terminé.
« Une fabrication 100% française : 20 tonnes, 13 mètres de long, 4 de large, 6 mois de fabrication », sourit Aline.
Elle est accompagnée d’Olivier, le scénographe.
Il règne ici une bonne odeur de peinture.
Ca travaille !
Et on peut vous le dire, c’est « Magic », le char des VIP avec Mickey, qui ouvre le défilé.
Dans la parade, on trouvera encore l’ «Unité des calèches », entendez les princesses, le « New World » (et ça, ça vaut la peine !), « Nemo » et copain la tortue qui va déployer ses nageoires… de 5 m 40 d’envergure).
On ne peut pas tout vous dévoiler mais il y aura aussi « Inauguration », soit Peter Pan et les enfants perdus ou encore « Adventure » qui fera la part belle au Roi Lion.
Franchement, c’est magique et c’est adapté aux nouvelles technologies : les chars se divisent, sont super- dynamiques, colorés…

La musique et les costumes..

Pour accompagner le char, la musique est évidemment primordiale.
Sûr, vous avez tous en tête l’ancienne chanson.
Eh bien place à la nouvelle idée de Vasile.
Nous sommes dans les studios.
Et là aussi, ça répète 24 h sur 24.
« Il faut que ce soit dynamique que ce soit dansant et surtout que ça s’accorde aux chorégraphies. Pas le droit à l’erreur.
Simplement dit, un char, c’est un peu plus de 2 minutes de musique.
Il est important de travailler avec tout le monde : les chorégraphes, la technique pour la lumière… Un spectacle de rue, c’est du boulot », nous précise-t-on.

Anne-Gaëlle la responsable costumes, ne va pas démentir.
24 personnes de son équipe travaillent à la création.
C’est que les personnages et les danseurs de la parade doivent être plus beaux que jamais… dans toutes les tailles.
Dans le jargon, là-bas, on parle de 4 « casts », entendez, 4 équipes qui font la parade (plus de 100 figurants au total).
Pour résumer, une personne, c’est 12 costumes en moyenne, en fonction de la taille des figurants mais aussi pour pallier les imprévus (taches, costume abîmé, nettoyage…).
« Mickey est un de nos modèles favoris », sourit Anne-Gaëlle, « même si ce n’est pas le plus simple d’habiller une souris.» Tout est fait et créé sur place, même la composition des tissus ou les boutons de sa redingote, rien que pour lui !

Ah oui, pour la petite histoire, Mickey et Minnie se baladent partout et on les retrouve dans divers spectacles.
Sachez par exemple que Minnie, coquette comme elle est, compte, pour ses sorties, plus de 120 tenues (y compris les chaussures, les chapeaux, les bijoux, les sacs…).

Vous comprenez, qu’en coulisses, on bosse toute l’année !
Le parc va fêter son 25e anniversaire.
Mais dès le lendemain de la grande fête du 26 mars, tous penseront au 30e anniversaire. Avec le même enthousiasme !

Louise, la Belge de la parade

Louise, c’est un petit bout de femme, super-souriante, que nous interrompons en pleine répétition.
Cette danseuse de formation, venue de Jodoigne, a passé le casting chez Disneyland Resort Paris en 2015.
Peut-être pour le fun au départ mais avec la passion de bien faire.
Et ça a payé. La demoiselle fait partie de la parade (l’actuelle) et celle du 26 mars.
On le sait, chez Mickey, on ne dit pas ce qu’on fait.
Mais la jeune fille a souvent « joué le rôle » de poupée et de marionnette au côté de Pinocchio.
Dans la nouvelle version de la parade, elle sera aux côtés de Peter Pan… telle une enfant perdue.
Et elle adore ! « Tous les matins, on répète dès 7 h 30 mais c’est passionnant.
Il y a de la pression mais une super ambiance, l’envie de bien faire.
J’adore cette vie, être ici. Si je veux être un jour une princesse ?
Non, non, les princesses sont les princesses », s’amuse-t-elle avant de courir à nouveau vers la répétition.

Source : Lameuse.be

En poursuivant votre navigation sur ce merveilleux site, vous acceptez l’utilisation de cookies, les CGU ou autres traceurs pour vous proposer du contenu et des publicités ciblées et réaliser des statistiques de visites.