Le futur Cita-Parc de la Citadelle à Lille (France) va pousser en janvier

Fini la bagatelle. Le patron de La Grande Fête lilloise du cirque lancera dès janvier la construction de son futur parc d’attractions, Cita-Parc, en lieu et place de feu le parc des Poussins, pour une ouverture au printemps.
Et Thierry Fééry voit grand.

Trois millions d’euros ont été investis. Ce n’est sans doute qu’un chiffre.
Mais il est révélateur de l’ambition qu’a Thierry Fééry de ne pas gâcher cette extraordinaire et unique opportunité commerciale de marquer de son empreinte le marché des sorties familiales d’une grande ville comme Lille.
Au-delà des chiffres, le chef d’entreprise, artisan de la Grande Fête lilloise du cirque, sait bien que l’attente est forte autour du futur parc, qu’on ne lutte pas sans peine contre l’affectif, contre l’inévitable nostalgie du déjà regretté parc des Poussins.

Pour autant, l’investissement et le savoir-faire (Thierry Fééry est déjà propriétaire d’un petit parc d’attractions dans le Pas-de-Calais) laissent augurer d’un projet à la hauteur de l’attente.
Ajoutez à cela un maintien des tarifs, argument massue martelé par le patron, et la mayonnaise pourrait bien rapidement prendre. «  Je ne veux pas qu’on puisse dire : « c’est mieux, oui, mais c’est plus cher ! »  », dit le plus célèbre Monsieur Loyal de Lille.
Le verdict du public tombera fin avril, au moment de l’ouverture. D’ici là, Thierry Fééry lève le voile sur quelques éléments du futur parc.

Ce dessin, qui n’est pas une vue réelle du futur manège, représente l’une des attractions du futur parc, qui s’adressera aussi aux enfants un peu plus grands (jusqu’à 12 ans) et à leurs parents.

Plus grand, plus nature

Il sera d’abord plus grand, puisqu’il devrait s’étendre sur près de 8 000 m2 (+ 50 % par rapport à l’ancien parc), avec douze manèges, contre huit pour les Poussins.
Thierry Fééry et la ville ont voulu un «  parc à thème  », intégré à son environnement : le zoo tout proche et la nature.
Et tout se jouera dans les détails. «  Il y aura par exemple des chaises volantes, mais avec un manège en forme de grand arbre. On trouvera une attraction où les tasses tournent sur elles-mêmes, comme à Disneyland. Sauf qu’à Cita-Parc, ce seront des tulipes qui tourneront.  »

Thierry Fééry nous a fait parvenir ce dessin, ébauche d’un des manèges du futur parc. « Chaque manège est une création spécifique qui tient compte de deux critères : la nature et les animaux », dit-il.

Thierry Fééry nous a fait parvenir ce dessin, ébauche d’un des manèges du futur parc. « Chaque manège est une création spécifique qui tient compte de deux critères : la nature et les animaux », dit-il.

Des attractions dédiées aux enfants plus âgés (jusqu’à 12 ans) permettront d’étendre la clientèle potentielle et de faire du parc «  la grande sortie familiale de Lille  », espère Thierry Fééry.
Les périodes d’ouverture seront sensiblement les mêmes que l’ex-parc des Poussins (de février à novembre).
À une différence près. Thierry Fééry rêve que Cita-Parc devienne «  le parc du père Noël  », ce qui implique une ouverture pendant les vacances de fin d’année…

Source : lavoixdunord.fr

En poursuivant votre navigation sur ce merveilleux site, vous acceptez l’utilisation de cookies, les CGU ou autres traceurs pour vous proposer du contenu et des publicités ciblées et réaliser des statistiques de visites.