Dernière modification le jeudi, 20 septembre 2018 17:08

Des personnes handicapées condamnées à verser 116 235 euros à Disneyland

Six personnes âgées de 31 à 65 ans ont été jugées coupables mercredi d'abus de confiance et de complicité d'abus de confiance par le tribunal correctionnel de Meaux. Elles ont revendu à de très nombreuses reprises des billets accompagnateurs délivrés gratuitement par le parc d'attraction.

Ces deux couples de personnes handicapées et deux de leurs proches ont transformé leur abonnement à Disneyland Paris en "entreprise de fabrication d'argent liquide", pour reprendre l'expression du procureur de la République.
Six personnes originaires de Bussy-Saint-Georges (Seine-et-Marne) et âgées de 31 à 65 ans ont été condamnées mercredi pour abus de confiance et complicité d'abus de confiance par le tribunal correctionnel de Meaux. 

 Le manège bien rôdé a duré entre 2016 et 2017.
Les quatre personnes handicapées adorent Mickey au point d'avoir chacune un "Pass annuel Infinity".
Ce sésame leur permet d'entrer chaque jour dans le célèbre parc d'attraction.

Mais, en plus, comme elles sont à mobilité réduite, elles bénéficient gratuitement d'une entrée supplémentaire pour un accompagnateur. 

"Ils se sont servis de leur handicap"

C'est ce ticket qui est revendu entre 35 et 50 euros, soit moitié moins environ qu'une entrée plein tarif, plusieurs fois par jours à des acheteurs contactés sur Facebook ou Le Bon Coin.
Un premier faux-accompagnateur entre dans le parc avec les couples, puis, après une transaction dans les toilettes, les personnes handicapées récupèrent le billet d'entrée, ressortent, le revendent et répètent l'opération.
L'opération est répétée jusqu'à cinq fois par jour, quatre fois par semaine.  

Chaque couple a gagné comme ça jusqu'à 1 500 euros par mois.
Les comptes sont précis, explique la présidente du tribunal car ils sont tenus dans des carnets retrouvés à leur domicile.
L'organisation était "millimétrée", ajoute le procureur qui lance que "le plus attristant est qu'ils se sont servis de leur handicap".
Il demande un an et demi de prison avec sursi à l'encontre des deux couples. 

"Profiter du système n'est pas illégal"

Les prévenus, présents à l'audience, ne répondent pas aux questions du tribunal.
Ils exercent leur droit au silence mais écoutent attentivement la partie civile qui estime à 130 000 euros le préjudice pour Disney.
La défense répond qu'il ne peut y avoir de manque à gagner sur un billet gratuit.
L'avocat reconnaît, quand même, le manque de moral mais "profiter du système n'est pas illégal", estime-t-il en plaidant la relaxe.
Il n'aura pas convaincu le tribunal qui a jugé les six personnes coupables d'abus de confiance et de complicité d'abus de confiance. 

Les deux couples sont condamnés à dix mois de prison avec sursis et 1 000 euros d'amende.
Ils devront également verser 116 235 € de dommages et intérêts à Disneyland Paris.
Les deux complices, eux, s'en tirent avec 2 000 euros d'amende. Tous les six devraient faire appel.