La France championne des parcs d’attractions

La France est championne européenne des parcs d’attractions.
Plus de 17 millions de visiteurs en ont ainsi fréquenté au moins un l’an dernier.
C’est une tendance des vacances de l’été. Entre looping et bateaux sur l’eau, comment expliquer ce succès made in France ?

Qui d’entre vous a déjà monté Pégase ?
Pégase Express est la nouvelle attraction du parc Astérix, quatrième parc d’attractions le plus fréquenté en France en 2016.
Cette montagne russe, avec une partie du parcours effectuée en marche arrière, se mérite déjà.
Les jours de forte affluence, sauf à avoir acheté un coupe-file, vous êtes assuré d’attendre plus d’une bonne heure avant de crier à tue-tête.

« Les pieds dans le vide »

Autrement sensationnel, le Futuroscope, qui a fait du numérique sa marque de fabrique, fête ses trente ans. Lui, en si mauvaise posture il y a quelques années.
Sa nouvelle aventure : L’Extraordinaire Voyage vous emmène dans « un tour du monde version XXIe siècle, inspiré de celui du célèbre héros de Jules Verne, Phileas Fogg. À bord d’une incroyable machine volante, les pieds dans le vide et avec la sensation d’être plus légers que l’air  », vous voilà «  homme-oiseau  », frôlant «  les mirages du désert égyptien, sautant dans le vide depuis les gratte-ciel de la futuriste Dubaï  ».

Assurément il faut innover pour faire venir et surtout revenir le visiteur.
Mais la France n’aurait pas son pareil en la matière, leader européen en sensations fortes.
La France a l’expérience pour elle.
Le premier parc qualifié d’attractions, la Mer de sable, créé par l’acteur Jean Richard, a ouvert en 1963.
Et déjà il donne le ton : «  On espère que les gens s’amusent autant que dans une fête foraine.  »

250 parcs de loisirs

Aujourd’hui, on compte plus de 250 parcs de loisirs sur le territoire, parcs aquatiques et animaliers compris, avec une préférence du public pour les parcs d’attractions.
Disneyland, Astérix, le Futuroscope et le Puy du Fou réalisent à eux quatre plus de 25 % du chiffre d’affaires des parcs de loisirs français (2,2 milliards).
Et si le premier a accusé le coup après les attentats (– 11 % en 2016), le Futuroscope, Astérix, et nombre d’autres plus petits parcs ont battu des records de fréquentation l’an passé : + 17 % pour le Futuroscope (qui a franchi le cap des 50 millions de visiteurs depuis son ouverture), + 6,5 % pour le Puy du Fou.
Et ce début de saison 2017 s’annoncerait encore plus prometteur : le week-end de l’Ascension, tous les parcs étaient noirs de monde.

Ce succès s’explique notamment par des attractions françaises régulièrement primées au niveau international.
Le Futuroscope a reçu en 2013 et 2015 le prix de la meilleure attraction au monde pour Arthur et l’aventure 4D et La Machine à remonter le temps, avec les Lapins crétins.
Prix reçu l’an passé pour un de ses spectacles par Le Puy du Fou, également élu meilleur parc d’attractions du monde en 2012 et 2014.

« Les gens ont besoin aussi de se retrouver en famille, ou entre amis, pour faire des choses ensemble mais différentes »

Les parcs d’attractions collent aussi parfaitement à notre société «  du temps libre  », explique le sociologue Jean Viard (1).
«  Nous partons moins longtemps qu’avant mais plus souvent et pas forcément très loin (…) L’enjeu, aujourd’hui, c’est de débrancher. La crise ne change rien à cela : elle est, au contraire, favorable au divertissement. On veut se changer les idées (…). Les gens ont besoin aussi de se retrouver en famille, ou entre amis, pour faire des choses ensemble mais différentes. C’est ce que leur proposent les parcs : s’amuser entre soi ou bien séparés, selon les âges mais dans le même lieu.  »

Anne-Sophie et Éric ont été plusieurs années sans pouvoir partir en vacances. Les parcs ont été un «  bon compromis  » pour faire plaisir à leurs deux enfants.
Et tant pis si les parcs n’étaient pas a priori la «  tasse de thé  » d’Anne-Sophie !

1. Interview parue dans le rapport d’activité du Syndicat national des espaces de loisirs, d’attractions et culturels

 

Source : lavoixdunord.fr

En poursuivant votre navigation sur ce merveilleux site, vous acceptez l’utilisation de cookies, les CGU ou autres traceurs pour vous proposer du contenu et des publicités ciblées et réaliser des statistiques de visites.