Dernière modification le mercredi, 01 février 2017 14:16

Les vidéos de ce Laonnois cartonnent sur Youtube

Johan Souply se met en scène dans des vidéos désopilantes qu’il poste sur Youtube.

La première fois qu’il est allé à Eurodisney, Johan Souply devait avoir cinq ans.
Haut comme trois pommes, il avait alors dit «c’est là que je veux travailler quand je serai grand».
Vingt années ont passé et le petit Johan avait vu juste : il passe beaucoup de temps dans le parc, parfois en tant qu’employé à la Tour de la terreur ou machiniste sur les spectacles, parfois en tant que simple visiteur.
Enfin, « simple », c’est ce qu’il essaie de faire croire aux agents de sécurité.
« La plupart du temps, ça marche. Et quand ça ne marche pas, on court », s’amuse le Laonnois qui, depuis quelques années, a fait d’Eurodisney son terrain de jeu favori en tant que réalisateur freelance.
En toute clandestinité, il y tourne des images, quand ce n’est pas carrément des courts-métrages.
« On y va avec une bande de copains. « Tom Morrow » et « Brocéliande Nausicaa » me sont d’une aide précieuse, tout comme Stéphane Krawczyk qui est cameraman.
L’avantage avec la technologie aujourd’hui, c’est qu’on peut se contenter d’un bon appareil photo qui filme, comme en ont les touristes.
Cela nous permet de nous fondre dans la masse.
De mon côté en revanche, je dois être très discret car nos tournages sont tout sauf improvisés : j’ai un story-board, un scénario, un planning à tenir »,
raconte Johan Souply qui évoque notamment le tournage d’une fausse pub, en 2014, pour l’ouverture de l’attraction inspirée du film d’animation Ratatouille.

Des centaines d’heures de travail, juste pour le plaisir

On y voit des gens affolés, qui courent partout après avoir aperçu un rat dans un restaurant puis des images de l’attraction, telle que Johan Souply se l’est imaginée et il a plutôt vu juste…

« L’idée, c’est que ça doit avoir l’air de la pub officielle, tout en ne l’étant pas.
Je peux me permettre des choses qu’eux n’oseraient pas, mais je suis toujours respectueux.
Pendant que je tournais, je me suis dit que de leur côté, ils se contenteraient d’une famille souriante dans l’attraction… ce qu’ils ont fait ! »

Des centaines d’heures de travail plus tard, et sans aucune image officielle, le résultat est bluffant.
La vidéo a d’ailleurs été vue plus de 260 000 fois !
Sur sa chaîne Youtube, on découvre bien d’autres vidéos consacrées au parc comme « Je suis fan de Disneyland » ou « La fin de Star Tours », de même que des making-off qui livrent quelques secrets de fabrication.

« Je m’amuse beaucoup, mais pas seulement. Ces vidéos, c’est mon CV.
Je me suis fait un nom avec mes courts-métrages sur Eurodisney, j’en fais deux par an environ.
Je suis clairement identifié pour ça et je sais que ça plaît.
La direction du parc sait qui je suis et me laisse faire, c’est tout bénéf’ pour elle.
Désormais j’ai envie d’aller plus loin, de vivre de cette passion »,
espère le jeune homme pour qui la consécration serait de travailler officiellement pour le parc en tant que réalisateur, « mais c’est un cercle très fermé », regrette-t-il tout en soulignant qu’il a déjà eu quelques contacts avec l’équipe du marketing.

Quoi que lui réserve l’avenir, il continuera de faire des vidéos… « parce que c’est cool ».
Si ça, c’est pas une bonne raison !

En poursuivant votre navigation sur ce merveilleux site, vous acceptez l’utilisation de cookies, les CGU ou autres traceurs pour vous proposer du contenu et des publicités ciblées et réaliser des statistiques de visites.