Dernière modification le dimanche, 09 juin 2019 21:31

Albane et Solène : Non, vous ne voyez pas double

Rencontre avec Albane et Solène, les jumelles qui travaillent ensemble sur l’une des montagnes russes de Walibi.

Depuis dimanche dernier, David Antoine nous emmène dans les coulisses de Walibi pour découvrir les secrets de fonctionnement du plus grand parc d’attractions de Belgique. L’animateur va ainsi à la rencontre du personnel, dont des étudiants qui travaillent durant les périodes de vacances.
Et parmi ces saisonniers, Albane et Solène. Même moue, même coupe de cheveux, même minois : non, vous n’avez pas la berlue, il s’agit bien de jumelles. Et en plus, ces demoiselles âgées de 18 ans travaillent sur la même attraction, le Loup-Garou, une énorme montagne russe en bois d’un kilomètre de long.

Albane et Solène

C’est vrai qu'on fait la majorité des choses ensemble ", expliquent en chœur les deux jeunes filles, originaires de Ligny, qui sont élèves en rhéto.
Ce qui nous a poussées à travailler à Walibi, c’est justement qu’il ne s’agit pas d’un job étudiant comme les autres. Ce n’est pas la même chose que de travailler dans un magasin. C’est vraiment une expérience différente. On a commencé durant les vacances de Pâques et on continuera pendant les grandes vacances. "
Evidemment, Albane et Solène n’ont pas choisi au hasard de bosser pour le kangourou wavrien. Elles sont des habituées de Walibi.
" On a l’abonnement annuel. On y va régulièrement. Quand on a commencé à venir, il n’y avait pas encore toutes les attractions qui ont été ajoutées ces dernières années, comme le Pulsar, le Tiki-Waka ou, depuis cette année, le Popcorn Revenge. Mais c’était déjà un très bon parc d’attractions et il est encore meilleur maintenant. On adore quasiment toutes les attractions ! Sauf le Dalton Terror, on l’a fait une fois mais pas deux. Ça fait vraiment trop peur. "

 

Et comment se sont passés leurs premiers pas de jobistes ?
On a un peu tout fait sur le Loup-Garou : on devait placer les gens dans les wagons, baisser les harnais de sécurité, lancer l’attraction – la piloter, comme on dit. " Des tâches pas aussi simples qu’il y paraît. " C’est plus compliqué qu’on le pense ", confirme Solène. " Les harnais sont vraiment durs à pousser. A la fin de la journée et le lendemain, on a mal au bras ! "

Albane et Solène

Détail amusant, nos jumelles travaillent en même temps sur l’attraction, ce qui provoque parfois l’étonnement des visiteurs, qui ont l’impression de revoir la même personne deux fois. " Quand on est chacune d'un côté différent du quai, ils nous disent qu’on est passées d’un côté à l’autre en deux secondes, en nous demandant comment on a fait. On finit par leur dire qu’on est jumelles. "
Evidemment, avec deux si jolis sourires, elles mettent directement les visiteurs en confiance. " Comme on est sympas, les visiteurs le sont aussi. " Et personne ne tente de les draguer ? " Ah si, ça m’est déjà arrivé qu’on me demande mon Facebook ou mon numéro de téléphone ", confie Albane. " Mais on reste professionnelles, on dit non. (Rires.) "

En poursuivant votre navigation sur ce merveilleux site, vous acceptez l’utilisation de cookies, les CGU ou autres traceurs pour vous proposer du contenu et des publicités ciblées et réaliser des statistiques de visites.