Dernière modification le vendredi, 21 septembre 2018 17:20

Nous avons testé la nouvelle attraction d’Europa-Park

Elu « Meilleur parc du monde », Europa-Park (Allemagne) a inauguré son quartier français et une bluffante nouvelle attraction, en 3D.

Auréolé de son titre de « Meilleur parc d’attractions du monde », le 5e consécutif, Europa-Park, situé en Allemagne à environ 50 km de la frontière française, a sablé le champagne jeudi pour inaugurer ses nouveautés de rentrée : un quartier français entièrement relooké et une nouvelle attraction qui marie grand huit et réalité virtuelle.

Pour couper le ruban, dans une ambiance très 14 juillet, le parc avait réuni un casting détonnant : les danseuses du Moulin-Rouge et le réalisateur Luc Besson.
Les premières, tout en jupons et culottes tricolores, célébraient le partenariat avec le fameux cabaret montmartrois.
Sa réplique se dresse désormais dans ce petit coin d’Allemagne, seule restitution à l’identique au monde, au milieu des façades haussmanniennes de ce décor en hommage au Paris 1900.

Eurosat CanCan Coaster

Les danseuses du Moulin-Rouge ont célébré le partenariat avec le fameux cabaret montmartrois./LP/Yann Foreix

Le second, qui avait déjà collaboré avec le parc pour le manège « Arthur et les Minimoys », venait honorer la deuxième attraction inspirée directement inspirée de ces films : un grand huit équipé de la réalité virtuelle qui vous plonge dans l’univers de « Valérian et la cité des mille planètes ».
Une montagne russe un peu particulière qui ne s’étire pas en plein air, mais à l’intérieur d’une vaste sphère.
Plus surprenant : elle existe en deux versions d’utilisation, une classique baptisée « Cancan coaster », et celle augmentée de VR, « l’Eurosat Coastiality ».
Un astucieux deux en un…

Eurosat CanCan Coaster

Le réalisateur et producteur Luc Besson avec Michael Mack, directeur général du parc Europa-Park./LP/Yann Foreix

De la première, dont l’entrée est la porte du Moulin-Rouge, on ne retiendra que le travail des décorateurs dans les longs couloirs qui mènent aux wagonnets : atelier du peintre, couloir de métro, intérieur bourgeois ou canaille, restituent avec bonheur un petit condensé du Paris Belle époque.
Une fois sur les rails, le reste est bien décevant : dans une demi-pénombre, percée de néons peu convaincants, les sensations sont molles et l’on s’ennuie un peu…

Le casque enfilé, vos voisins se transforment

Eurosat CanCan Coaster

Il faut contourner le bâtiment pour, moyennant 3 euros de supplément, s’offrir beaucoup mieux.
Et même une expérience unique.
« Eurosat Coastiality » marie avec bonheur les sensations physiques du grand huit à celles visuelles de la réalité virtuelle.
Mieux : ici, tout commence avant même que vous soyez installé dans votre wagon.
Vous enfilez votre casque dans une petite salle juste avant.
Et tout se transforme… les autres visiteurs deviennent avatars, hommes ou femmes.
Des monstres s’ébattent à votre droite, derrière des barreaux…
La porte virtuelle s’ouvre et vous marchez, un peu à tâtons, pour rejoindre votre wagon, vaisseau déjà au pays des Mille planètes, au XXVIIIe siècle.

EC2

Ça démarre fort et à l’envers dans une cité futuriste inspirée du film.
Ça grimpe vers les cieux puis replonge dans les profondeurs de la terre, avant qu’un monstre au sourire féroce atterrisse sur votre capot.
On perfore des montagnes et des forêts.
Ça secoue, dans tous les sens du terme, et surtout on y croit, on s’y croit vraiment par moments !
Au point de ne plus savoir vraiment où on en est ni comment descendre du vaisseau, euh… du manège, après l’atterrissage.

slider coastality03

Un vrai petit moment de plaisir si vous aimez les sensations fortes.
Et une attraction qui pourrait assurer quelques nouveaux lendemains qui chantent à Europa-Park.

ep pub