Dernière modification le mardi, 07 juillet 2020 10:13

Nouvel accident mortel au Parc Saint Paul ce samedi en milieu de journée

Le drame s’est produit ce samedi en milieu de journée au Parc Saint-Paul. En 2009 déjà, une femme avait perdu la vie dans la même attraction.

Terrible drame au Parc Saint-Paul. Ce samedi, vers 13h45, une jeune femme, Elodie Duval 32ans, est décédée dans un accident de manège au sein du parc Saint-Paul situé à une dizaine de kilomètres de Beauvais.

« Une personne est tombée du manège Coaster Formule 1 et elle n'a pas pu être réanimée », confirme Gilles Campion, directeur du parc. Aucune autre personne n'a été blessée dans cet accident.

« La zone du parc a été entièrement coupée aux visiteurs. Les équipes ont pris en charge les visiteurs et familles impactées. Toutes les équipes se joignent à la famille pour exprimer leur plus profonde tristesse suite à cet événement. » indique la direction dans un communiqué.

La jeune femme de 32 ans avait décidé de passer la journée dans ce parc d’attractions pour fêter le deuxième anniversaire de son fils, Allen, en compagnie de son partenaire Michael. C’est d’ailleurs lui qui a assisté à l’horrible scène et tenté de la sauver… en vain. Car l’homme a tenté de lui tendre la main, de l’attraper et la retenir par la cheville alors qu’elle passait par-dessus la barre de sécurité. Mais dans un virage, à cause de la vitesse, la cheville a glissé de ses mains et elle est tombée.

Elodie Duval

Sa sœur Laurianne, qui était dans le parc avec la famille, a expliqué qu’Elodie « était une personne incroyable qui a apporté beaucoup d’amour à sa famille. Elle était pleine de vie. C’était une combattante. Son fils était sa vie. Ils s’étaient rendus au parc pour fêter l’anniversaire d’Allen. Il a soufflé ses bougies avec sa maman et son papa à midi ». La famille a dû expliquer au petit que sa maman ne rentrerait pas à la maison. « Nous lui avons expliqué que sa maman était allée au paradis. Il ne comprend pas… »

Entre temps, l’opérateur du manège a bel et bien appuyé sur le bouton d’arrêt d’urgence. Gilles Campion détaille : «Ce manège possède plusieurs freins, distancés les uns des autres, ce que nous appelons des zones tampon. Quand on appuie sur le bouton d’urgence, les voitures continuent leur course jusqu’au frein suivant, et c’est à ce moment qu’elles s’arrêtent toutes. Elle est ainsi tombée au sol au tout dernier frein».

BPCMLWDBRM3PYXHVSGO3CZYITU

Ses enfants étaient dans le manège où le drame a eu lieu

Jointe par téléphone, Tiphaine*, une mère de famille de 35 ans, originaire de Soissons dont les enfants étaient à bord du manège au moment des faits témoigne : « On est venu passer la journée au parc en famille avec mes deux enfants, ma fille de 9 ans, mon fils de 14 ans et mes deux neveux du même âge, ils étaient à bord du manège quand c’est arrivé… Nous étions en bas à les attendre, on n’a pas vu ce qui s’est passé mais dès qu’on les a entendus hurler, on a couru… Quand le manège a été arrêté, on a vu la dame à terre… « On a eu extrêmement peur, on pensait que c’était nos enfants , on est tout de suite passé par dessus les barrières avec mon mari et ma belle-sœur pour essayer d’aller les chercher, les enfants étaient coincés dans le manège »*le prénom a été modifié

parc saint paul mort

« On a eu extrêmement peur »

Tiphaine, encore sous le choc, estime que la réaction des équipes du parc n’a pas été « assez rapide » bien qu’elle ait conscience de la difficulté du moment : « C’était la panique mais ça a été trop lent pour venir secourir les gens » .

Elle critique le manque de réaction du parc : « C’était la panique »

La mère de famille déplore que ses enfants n’est pas été accompagnés suite à ce drame : « Les enfants étaient en pleurs et on nous a simplement dit de quitter la zone, de partir plus loin, le parc n’a même pas été fermé juste le tour du manège » . Une déclaration qui contredit la version délivrée par le parc Saint-Paul dans son communiqué selon laquelle « les équipes du parc ont pris en charge les visiteurs et familles impactés » .

Avec sa famille, Tiphaine a donc fait le choix de quitter immédiatement le parc pour rentrer chez elle : « Les enfants sont extrêmement choqués… J’en tremble encore, on ne se sent pas bien…» .

EFRQYKW6YBDJGIA2PERCKYUMSY

La victime avait laissé passer les enfants de Tiphaine devant elle

Tiphaine est d’autant plus choquée que la femme qui a perdu la vie a « laissé passer ses enfants dans la file » : « Je pense que c’est un problème de wagon, s’ils avaient été à sa place ça aurait pu être mes enfants... »

Condoléances

Elle tient à adresser ses condoléances à la famille de la victime : « On est avec eux, c’est un drame horrible qui nous touche beaucoup ».

Répétition des accidents : « C’est extrêmement grave ! »

Tiphaine n’a découvert que par le biais des informations que plusieurs accidents avaient déjà eu lieu sur ce même manège : « Si on avait su, on n’aurait jamais accepté que nos enfants montent dans ce manège… C’est extrêmement grave, il faut faire quelque chose... »

De son côté, Tiphaine l’assure, on ne l’y reprendra plus : « Je crois que pour nous, c’est même sûr, les parcs d’attractions c’est terminé ! » 

B9723924743Z.1 20200704181117 000G0JG9ELHK.1 0

Plusieurs accidents et condamnations au fil des ans

Une enquête est d'ores et déjà en cours pour déterminer les causes précises de l'accident. Ce n'est pas la première fois que cette attraction phare est à l'origine d'un décès. En août 2009, une femme de 35 ans a perdu la vie dans le même manège à sensation forte après être passée par-dessus la barrière de sécurité lors d'un virage. Il y a 11 ans, la victime était de forte corpulence et de petite taille. Selon les premiers éléments, Elodie Duval était également de forte stature. S’agit-il d’une faiblesse de ce manège ? L’enquête devra le détermine.

Le parc avait néanmoins été innocenté en avril 2010. Un expert avait conclu que l'accident était dû « au comportement inapproprié de la victime ».

En revanche, Gilles Campion avait été condamné en 2007 à quatre mois de prison avec sursis et plusieurs milliers d'euros de dommages et intérêts pour deux accidents survenus deux ans plus tôt.

  • Le 17 août 2005, la nacelle d'une montagne russe de 280 m de long s'est détachée en pleine course avant de percuter violemment un poteau métallique. Quatre personnes âgées de 20 à 46 ans avaient été sérieusement blessées.
  • Le 14 juillet 2005, 11 personnes avaient été accidentées dans des conditions similaires. Rouvert depuis le 6 juin, le parc attire près de 380 000 visiteurs par an.

 

Source : leparisien & lobservateurdebeauvais